Objectifs & contexte

Le Ceebios est un « hub » du réseau de compétences nationales et un futur démonstrateur d’innovations bio-inspirées.
Au niveau international, de nombreux acteurs académiques ou privés travaillent sur des produits ou processus bio-inspirés. Les pays asiatiques et les États-Unis sont de loin les plus efficaces contributeurs, suivis par l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Suisse et enfin la France.
L’Allemagne est en tête de la recherche biomimétique en réseau. Depuis 2001, l’état allemand a investi plus de 100 millions d’euros dans la R&D biomimétique, résultant aujourd’hui dans des centres d’excellence dans le domaine des matériaux et structures bio-inspirés qui n’ont pas d’autres équivalents dans le monde. L’agence nationale Suisse a lancé en 2015 son premier centre interuniversitaire (regroupant les universités de Fribourg, l’EPFL et ETH Zurich) dédié aux matériaux bio-inspirés, à hauteur de 26 millions d’euros.
En France, plus de 170 unités de recherche ont été identifiées sur le sujet du biomimétisme. Plus d’une soixantaine d’entreprises, aussi bien des grands groupes que des PMEs, font appel à cette démarche, quel que soit leur secteur d’activité : énergie, construction, matériaux, cosmétiques … Néanmoins, la France accuse un sérieux retard dans le financement de la recherche en biomimétisme, dans la fédération et la mise en mouvement de ses compétences nationales, nécessaires au transfert de technologies de la recherche fondamentale vers l’industrie.
Par son rôle de réseau, d’interface et d’accompagnement de projets de R&D innovants, le Ceebios vise à catalyser la richesse des compétences nationales du monde académique, de l’enseignement et de la R&D industrielle.

Voir les témoignages d’experts par rapport au Ceebios et son potentiel.

Les membres fondateurs :

  • Gilles bœuf : premier président du Ceebios, étant alors président du Muséum National d’Histoire Naturelle. Il a ensuite été nommé conseiller scientifique pour l’environnement, la biodiversité et le climat au cabinet de Ségolène Royal, ministre de l’Écologie du Développement durable et de l’Énergie.
  •  Ville de Senlis, sous l’impulsion de Pascale Loiseleur, Maire de Senlis & Francis Pruche, 2ème Adjoint au Maire.
  • Le pôle Matikem est un pôle de compétitivité national dédié aux matériaux, à la chimie et à la chimie verte.
  • Le pôle UP-tex est un pôle de compétitivité national dédié aux Matériaux Textiles Avancés.
  • Le pôle IAR, impliqué depuis sa création dans le développement de la chimie du végétal et les biotechnologies industrielles.
  • La Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Oise.
  • L’Association Chimie du Végétal (ACDV),qui réunit les acteurs économiques des agro-industries, de la chimie et de leurs industries clientes en aval, pour accélérer le développement d’une chimie fondée sur l’utilisation de ressources végétales en France et en Europe.
  • L’Institut INSPIRE (Initiative pour la Promotion d’une Industrie Réconciliée avec l’Écologie et la Société) est un centre de réflexion, de mutualisation des connaissances et d’actions au service de la réconciliation de l’économie et de la biosphère.
  • Biomimicry Europa est une association à but non lucratif née en 2006 à Bruxelles et qui se consacre à la promotion du biomimétisme.
  • UNIT, l’Université Numérique Ingénierie et Technologie, est l’une des Universités Numériques Thématiques nationales (UNIT) créées à l’initiative de Grandes Écoles, d’Universités et du Ministère chargé de l’Enseignement Supérieur.

Pourquoi à Senlis ?

Lorsque la ville de Senlis s’est posée la question de la réhabilitation du quartier Ordener, fermé suite à la dissolution du 41ème régiment de transmission en août 2009, le projet de développement économique souhaité devait non seulement être prometteur, mais aussi avoir une âme et du sens. Le thème, encore très novateur, du biomimétisme a vite suscité curiosité et enthousiasme et a donné une nouvelle impulsion à la ville.
La création du Ceebios, au service du dynamisme économique de Senlis, témoigne de la volonté de la cité capétienne de concilier la qualité de vie dans un cadre préservé hors pair et un dynamisme renouvelé. Il montre que l’on peut être à la fois attaché à ses racines, à son patrimoine, et également précurseur, pionnier, avant-gardiste. Senlis est fière, à juste titre, de son passé ; elle peut, et doit aussi, être fière de son avenir.
La ville de Senlis en effet n’avait pas vocation à gérer le Ceebios à elle seule, même si elle reste intégralement propriétaire du foncier. Le rôle de la municipalité, comme souvent dans pareil cas, a été un rôle d’initiateur, pour créer les conditions du succès d’un vecteur de développement économique créateur d’emplois, et se mettre au service des acteurs de ce succès.

Calendrier du projet

  • Études de faisabilité, consultation d’experts & parties prenantes

    2011-2013

  • Création de l’association Ceebios

  • Acquisition du site

  • Lancement des activités de l’association Ceebios

  • Premières installations dans l’un des bâtiments du site

  • Biomim’Expo, premier salon du biomimétisme

  • Biomim’Expo, seconde édition

  • Lancement des travaux de rénovation