Thèse – Impact des propriétés chimiques, physiques et mécaniques d’hydrogels biosourcés sur la colonisation d’organismes marins – LBCM

Partenariat : Région Bretagne (50%), Pacific Biotech (50%)
Début de la thèse : Octobre 2020
Durée : 3 ans

Présentation du sujet :
Le projet a pour objectif la mise au point d’hydrogels biosourcés permettant le contrôle de
l’adhésion des organismes marins, dans le but de protéger des surfaces. Historiquement, les surfaces à
visée antifouling sont basées sur l’utilisation de biocides. Cependant, les contraintes réglementaires (due
à la toxicité des biocides et au développement de résistance) orientent aujourd’hui les travaux vers le
développement de revêtements appelés Fouling Release Coatings. Non plus basés sur l’utilisation de
molécules toxiques, ces revêtements perturbent physiquement les interactions organismes-surfaces par
création d’une surface inhospitalière. Néanmoins, il s’avère nécessaire d’acquérir davantage de
connaissances sur leur fonctionnement pour optimiser les paramètres physico-chimiques et mécaniques
de ces surfaces. Ce projet a pour objectif le développement de revêtements à base de polysaccharides
dont les propriétés chimiques, physiques et mécaniques sont modulables. La modulation du taux de
réticulation permettra d’évaluer l’impact de ce paramètre sur la capacité d’adhésion d’organismes ciblés.
Afin de moduler la composition chimique des hydrogels, un second biopolymère sera additionné. Il
s’agira d’exopolysaccharides (EPS), sécrétés par certains micro-organismes comme les bactéries par
exemple. Ces EPS seront extraits de bactéries marines extrêmophiles isolées d’un lagon de Polynésie
Française (Société PacificBiotech). Ces molécules ont été présélectionnées en raison de leur intérêt
structural et leur absence de toxicité. Différentes hypothèses autres qu’une inhibition de la croissance
sont avancées sur le mode d’action de ces EPS. Il s’agira ici d’associer les EPS au réseau de polymère afin
de ne libérer aucune substance dans le milieu environnant.

La capacité d’adhésion aux hydrogels sera évaluée sur différents niveaux trophiques en
sélectionnant des organismes cibles modèles : bactéries, microalgues/diatomées pionnières de la
fixation, spores d’algues, larves de bryozoaires, d’huitres et moules. Différents mécanismes impliqués
dans la colonisation seront étudiés : adhésion, maturation, déstabilisation du biofilm, forces
d’attachement des cellules.

Toutes les infos sur la fiche de l’offre.

Contact et renseignements :
Dr. Fabienne Faÿ fabienne.fay@univ-ubs.fr

Merci de fournir, par voie électronique, un CV complet, lettre de motivation, lettres de
recommandation de vos encadrants et notes de Master.