Groupes de travail

P

EXPLORER

Nos groupes de travail ont pour objectif de proposer l’exploration de thématiques d’intérêt et en émergence, sur lesquels nos adhérents et partenaires sont en veille et en demande.

C’est le collectif de parties prenantes réunies autour de chaque groupe de travail qui définit les priorités, l’agenda, et ajuste si besoin le statut du groupe pour intensifier ses échanges.

6 groupes de travail ont été lancés

4 GROUPES DE TRAVAIL FILIÈRES

PROJET URBAIN BIO-INSPIRÉMATÉRIAUX BIO-INSPIRÉSGESTION DE L'INFORMATIONBIOMIMÉTISME MARIN

Le biomimétisme présente un fort potentiel dans le secteur de l’habitat : développement d’enveloppes de bâtiments adaptatives visant la multi-régulation thermique, hygrométrique, acoustique… optimisation de l’utilisation de la matière, allègement des structures, conception d’habitat régénératif… Les objectifs de développement durable pour l’habitat de convergent très fortement avec le cahier des charges du vivant.

Le Groupe d’Innovation Stratégique « Projet urbain bio-Inspiré », animé par Ceebios, donne accès à ce domaine à travers :

Des documents supports, notamment un état de l’art synthétique présentant les enjeux, opportunités et cas d’étude de l’habitat bio-inspiré ;
Des journées de conférences trimestrielles présentant la diversité des points de vue sur le sujet : biologistes, architectes praticiens, chercheurs académiques, industriels… ;
Le réseau des adhérents industriels multi-secteurs réunis autour des enjeux de l’habitat bio-inspirés, facilitant l’émergence de projets de recherche (constructeurs, architectes, bureaux d’études…).

Les premiers objectifs à court terme sont d’accompagner l’appropriation de la démarche biomimétique ainsi qu’identifier des sujets à explorer collectivement. À plus long terme, ce groupe de travail doit contribuer à la structuration de la filière (normes, labels, communication).

L’opportunité du biomimétisme dans le secteur des matériaux est considérable : performances structurales élevées, propriétés multifonctionnelles, conditions de fabrication économes en ressources et énergie … Les matériaux biologiques sont sources d’innovation et vecteurs de développement durable.

Le Groupe d’Innovation Stratégique « Matériaux bio-Inspirés », animé par Ceebios, donne accès à ce domaine à travers :

Des documents supports, notamment un état de l’art synthétique couvrant à la fois l’exploration du vivant et l’identification des technologies ;
Des journées de conférences trimestrielles présentant la diversité des points de vue sur le sujet : biologistes, physico-chimistes, chercheurs académiques, industriels… ;
Le réseau des adhérents industriels multi-secteurs réunis autour des enjeux des matériaux bio-inspirés, facilitant l’émergence de projets de recherche.

Les premiers objectifs à court terme sont d’accompagner l’appropriation de la démarche biomimétique ainsi qu’identifier des sujets à explorer collectivement (allègement de structure, emballage, adhésion, …). A plus long terme, ce groupe de travail doit contribuer à la structuration de la filière (normes, labels, communication).

L’information est la clé de l’efficience du vivant et de la frugalité de sa consommation de matière et d’énergie, comparativement aux productions et technologies développées par l’espèce humaine.

Le GIS “Information” a vocation à rassembler et faire réfléchir ensemble les organismes et personnes qui étudient ou sont intéressées par les systèmes d’information et de communication du vivant.

Cette démarche se donne pour objectif d’identifier, dans ce registre particulier, de nouvelles sources d’innovations bio-inspirées à exploiter pour contribuer à une économie plus soutenable, réconciliée avec la biosphère.

Le biomimétisme marin regroupe les innovations inspirées des ressources marines et les innovations inspirées de la Nature pour les acteurs de l’économie maritime. Les services écosystémiques rendus par l’océan étant indispensables, il est primordial de mieux les comprendre et de développer des systèmes d’innovations permettant leurs préservations.
L’écosystème marin est un puis de ressources considérables. Les organismes marins sont soumis à des courants, au bio-fooling, aux gradients de pression et de températures importants, à la corrosion… ces problématiques résolues au cours de l’évolution par la Nature sont souvent les mêmes que celles posées aux acteurs de l’économie de la mer. Un potentiel énorme se trouve également dans les stratégies d’interactions des organismes, pour la communication et la défense, ainsi que dans les systèmes de filtration de l’eau par exemple.


L’accompagnement Ceebios vise à catalyser les échanges entre les ressources en biologie marine et les acteurs économiques ainsi que de développer les méthodologies de caractérisation des propriétés biologiques marines pour favoriser l’émergence de projets.

COORDINATION INTERRÉGIONALE

En 2017, le ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer soutient et encourage les actions liées à la mise en œuvre de la bio-inspiration par une mission de coordination interrégionale, portée par Ceebios. L’objectif est d’accompagner les régions à identifier les opportunités du biomimétisme selon les compétences territoriales industrielles et académiques. Dans ce contexte, les dynamiques les plus fortes sont observées dans les territoires Hauts de France, Nouvelle Aquitaine, Île de France, PACA et Auvergne-Rhône Alpes.

Les objectifs de cette action sont :

Informer sur le biomimétisme, comme levier d’innovation, le contexte national et international
Préciser les spécificités régionales :
– Orientations politiques en termes de recherche et d’innovation ;
– Priorités en faveur de l’économie verte ;
– Structuration du réseau de l’innovation ;
– Compétences académiques ;
– Orientations en faveur de la biodiversité, de l’atténuation du changement climatique ou de son adaptation ;
Partager les retours d’expériences des régions déjà engagées dans la démarche ;
Co-construire une feuille de route pour un développement efficace et concerté de la recherche-développement bio-inspirée sur le territoire national.

Le but est ainsi de faciliter l’appropriation régionale de la démarche et de sa mise en œuvre.

FORMATION, L’ARCHIPEL DES ECOLES FRANÇAISES DU BIOMIMÉTISME

Le Groupe d’Innovation Stratégique “Formation”, animé par le Ceebios, a permis de fédérer des acteurs de l’enseignement autour d’un groupe de travail. Une vingtaine de grandes écoles d’architecture, d’ingénierie ou encore de design a manifesté un intérêt pour introduire le biomimétisme dans leur offre de formation.

Les objectifs de ce groupe sont :

L’animation du groupe de réflexion inter-établissements par :
– L’accompagnement des établissements dans la structuration de leur offre de formation ;
– L’organisation de réunions trimensuelles ;
Le travail de veille sur les outils et méthodologies pédagogiques ;
Un questionnement académique sur les méthodologies de transfert des connaissances du vivant vers l’innovation technologique, par l’encadrement de 2 thèses (design et architecture) ;
La rédaction d’une proposition de feuille de route nationale en faveur de la formation ;
La mise en place d’une version test d’une plateforme numérique pour
Le recensement des ressources pédagogiques ;
La diffusion des outils aux enseignants et étudiants ;
L’animation de projets étudiants.

Les premiers objectifs à court terme sont d’accompagner l’appropriation de la démarche biomimétique ainsi qu’identifier des sujets à explorer collectivement. À plus long terme, ce groupe de travail doit contribuer à la structuration de la filière (normes, labels, communication).

Suite à cet amorçage, Ceebios structure maintenant ces acteurs sous forme “d’Archipel des écoles françaises du biomimétisme“.
L’Archipel est un collectif réunissant tous les acteurs de la pédagogie au sens large et ayant un attrait pour la reconnexion de l’éducation au vivant. Il vise à optimiser la coopération entre les professeurs, chercheurs et professionnels venant de plusieurs disciplines (designers, biologistes, ingénieurs) autour de plusieurs projets, nommés “pirogues”.

FONCTIONNEMENT DE L’ARCHIPEL

Ce collectif se structure grâce à l’imaginaire de l’Archipel, issu de la pensée d’Edouard Glissant, écrivain, poète et philosophe.

L’Archipel est volontairement constitué d’un vocabulaire particulier et imagé pour nous aider à penser différemment.


C’est une vision et un mode d’organisation qui permettent la cohabitation et facilite la coopération entre tous types de communautés, dans le respect de nos différences.

Les ”Îles-membres” représentent la diversité d’acteurs et d’organisations (par ex : laboratoires ou universités).
Vous pouvez retrouver l’annuaire des îles-membres sur cette page et ici le trombinoscope. Pour le rejoindre : remplir ce formulaire.

îles-membres

Les îles sont regroupées dans un “Archipel”. Celles qui souhaitent coopérer en petits groupes pour mener certaines actions construisent des “pirogues-projets”, dans lesquelles toutes celles et ceux qui sont intéressés peuvent embarquer.

pirogues-projets

Les projets peuvent être guidés/accompagnés par un “voilier” représenté par une organisation qui peut être par exemple Ceebios.

voilier

La gouvernance de l’Archipel citoyen est assurée par “ l’Assemblée du lagon”. Plusieurs fois par an, les  îles-membres se retrouvent dans cet espace riche de rencontres et de partages, où des initiatives communes sont partagées et où les désaccords féconds se construisent.

assemblée du lagon